Programme culturel - Fondation de l'Allemagne - Maison Heinrich Heine

 

La Fondation de l'Allemagne - Maison Heinrich Heine vous propose trois événements exclusifs :

* Rencontre littéraire // "Judith Hermann : Certains souvenirs"// mardi 10 avril de 19h30 à 21h00

Peintre des sensations et des sentiments, Judith Hermann renoue avec l’art de la nouvelle qui l’a révélée. Elle l’affine et s’impose comme l’une de ses plus grandes voix. Dans "Certains souvenirs" (Albin Michel, 2018), recueil de dix-sept récits, l’écrivaine explore ces instants où toute une vie se transforme : un regard qui fait naître une soudaine intimité, un être qui croise notre route, nous accompagne, nous rend heureux et pourtant nous échappe. Depuis son premier recueil de nouvelles Maison d’été, plus tard (2001), dont la critique salua l’originalité, Judith Hermann a publié deux autres recueils, "Rien que des fantômes" (2005) et "Alice" (2012). Pour ses nouvelles, l’auteure s’est vue récompensée par plusieurs prix dont le prix Kleist et le prix Friedrich-Hölderlin.

* Conférence vernissage // "La Sarre : un passé franco-allemand au service d'une vision européenne"// mercredi 11 avril de 19h30 à 21h00

À l’occasion du vernissage de l'installation Wooden Cloud - Arc pour la paix

Ulrich Commerçon, ministre de l’Éducation et de la Culture du Land de Sarre, invite à la découverte du Land « le plus français » d’Allemagne. Véritable « pont » entre la France et l’Allemagne, ce Land offre, avec Wooden Cloud - Arc pour la paix, une installation emblématique de l’artiste sarrois Martin Steinert au public parisien et aux résidents de la Cité internationale. Pendant les quatre semaines de construction de l’installation, les spectateurs ont pu inscrire leurs souhaits sur les lattes de bois qui composent la sculpture, véritable manifeste pour le vivre ensemble.

L’installation sera exposée jusqu’à fin novembre 2018 devant la Maison Heinrich Heine.

* Conférence débat // "Voyages en terre brune"// jeudi 12 avril de 19h30 à 21h00

Diplomates, industriels, artistes, journalistes, académiques, touristes. Des voyageurs étrangers en grand nombre et de divers horizons ont emprunté les « chemins de terre brune » à partir de 1933 en visitant l’Allemagne nazie. Ils ont rendu visite aux hauts-lieux du régime (Munich, Berchtesgarden, Berlin) ainsi qu’à l’Allemagne profonde et quelques-uns même aux camps de concentration. Beaucoup ont laissé des récits sur leurs expériences, sur la propagande et la vie de tous les jours dans un régime totalitaire. À partir du livre de Frédéric Sallée Sur les chemins de terre brune. Voyages dans l’Allemagne nazie, 1933-1939 (Fayard, 2017), la discussion tournera autour du regard des étrangers sur la « Volksgemeinschaft » national-socialiste.