Plongez dans l'univers singulier des artistes syriens

Portes ouvertes sur l'art contemporain Syrien le 29 & 30 juin 2018. Plusieurs personnalités du monde de l’art, en collaboration avec l’association des Amis de La maison rouge, organisent des visites d’ateliers pour découvrir l’univers singulier des artistes syriens de Paris. Nagham Hodaifa (artiste en résidence dans l'atelier 30 au Théâtre de la Cité Internationale) et ancienne résidente de la Cité internationale (administratrice-résidente et présidente de l'ADCR en 2009-2010) présentera ses peintures dont une réalisée lors de son séjour sur le campus en juin 2010, intitulée "Empreinte mon accent". Les sculptures de l’artiste syrien Alaa Abou Shaheen seront également présentées dans l’atelier 29.

Nagham a invité Iglika Adeline Christova et Alexia Antuofermo artistes fondatrices de la plateforme de recherche artistique et scientifiques, qui occupent l’atelier 26, à participer également aux portes ouvertes.

Portes ouvertes sur l'art contemporain Syrien le 29 & 30 juin 2018 de 10h à 21h

Théâtre de la Cité internationale |  AtelierS n° 30, 29, 28 et 26 | 3ème étage de la MI

Née en 1981 dans la région Sweida (sud Damas), Nagham Hodaifa est peintre. Formée à l’École des Beaux-Arts de Damas et chercheuse, elle a soutenu une thèse de doctorat en histoire de l’art à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Le sujet central de son œuvre picturale est celui du corps. Anonyme, fragmentaire, féminin, nu ou drapé, le corps est rarement associé à un visage. L’artiste pose ainsi indirectement la question de l’identité et de la perte de cette dernière mais aussi du rapport à autrui. Nagham Hodaifa vit et travaille à Paris depuis 2005.
http://naghamhodaifa.com

Né en 1983 et diplômé de l’école des Beaux-Arts de Damas en 2006, Alaa Abou Shaheen a travaillé comme assistant professeur à la faculté des Beaux-Arts à Alep. Ses sculptures sont réalisées à partir de chutes de métal qu’il façonne en les martelant, les chauffant ou les soudant. Entre le cheval et l’âne, l’artiste joue sur l’ambiguïté de la ressemblance entre les deux animaux. D’une sculpture à l’autre, Abou Shaheen travaille sur les qualités propres au métal, masse lourde et ...

Afficher la suite