Paroles d'anciens : Victoria Petrova (Maison des étudiants suédois - 1995)

paroles-ancien-article

Victoria Petrova
Ancienne résidente de la Maison des étudiants suédois (1995 à 1999).
Interview réalisée à Paris en mai 2005.

Spécialiste du commerce international, cette jeune femme d’origine russe et bulgare est engagée dans l’Association des jeunes européens professionnels et milite pour les droits des femmes.

 Quels souvenirs gardes-tu de ton passage sur le campus ?

Je suis une ancienne résidente de la maison de la Suède. Je suis d'origine bulgare et russe, et il faut savoir que ni la Russie ni la Bulgarie n'ont une maison ici. Hélas, ou peut-être, heureusement, car de cette façon j'ai pu côtoyer des personnes de différents pays. La Suède est devenue mon pays d'adoption. Pendant deux ans, je me suis occupée d'organiser des événements, notamment sur la question suédoise à la Cité. Je garde une attache particulière à cette petite maison blanche aux volets bleus. Mais aussi à d'autres maisons, comme la Belgique (nldr : Fondation Biermans Lapôtre) où nous avons pu mettre en place des événements culturels pendant deux années.

 Quel est ton parcours et quelles sont tes activités aujourd'hui ?

Mon parcours est double, triple même. Sachant que je suis née en Bulgarie et que j'ai passé une grande partie de mon enfance et adolescence en Bulgarie, en apprenant deux langues étrangères, c'était un avant-goût de mes futures aspirations. Par la suite j'ai fait ma formation à l'Université d'Etat de Saint-Pétersbourg, mais aussi, à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et à l'Université de Paris 1. J'ai travaillé en Russie et en France, et j'ai pu connaître les différentes façons de travailler, ce qui est très enrichissant. L'adaptabilité et l'aspect interculturel sont des choses que j'ai acquises grâce à mon parcours. En ce qui concerne mes activités d'aujourd'hui, je suis de plus en plus liée aux affaires européennes et aussi à la traduction pour des organisations internationales, notamment dans le domaine de l'environnement.

 Tu es une membre active de l'Association jeunes européens professionnels, peux-tu nous expliquer les objectifs de ce mouvement ?

Les "jeunes européens professionnels" est une association qui regroupe des jeunes européens de moins de 35 ans, actifs, chômeurs ou étudiants de la région Ile-de-France et qui veulent agir pour l'Europe quel que soit leur engagement partisan. Il faut préciser que les jeunes européens sont la branche jeune du mouvement européen qui est lui-même plus ancien que la construction européenne, puisqu'il a été créé en 1949. Les valeurs de ce mouvement me sont devenues proches parce que j'étais à la Cité internationale. Et elles sont presque identiques aux valeurs des pères fondateurs de la Cité, qui sont notamment de se connaître; ce qui permet aux peuples de se côtoyer au quotidien et de ne plus se faire la guerre. C'est une valeur qui est primordiale pour moi dans la construction de l'Europe !

 Tu es d'origine Bulgare, que penses-tu de la Constitution Européenne ?

En ce qui concerne le traité européen, au sein des Jeunes Européens Professionnels, nous avons lancé un groupe de réflexion qui s'appelle "Euro-Réflex", et nous avons passé au crible la constitution sur quatre pôles : l'économie, la protection de l'environnement, la dimension sociale, la diplomatie européenne et la défense commune. Je propose à tous les résidents et anciens de la Cité de nous rejoindre.Notre engagement pour la place des jeunes au sein de l'Union est très affirmé.
Après avoir lu la constitution et après avoir discuté avec des personnes qui ont travaillé à son élaboration, notamment au sein de la convention, première institution démocratique dans son genre qui a agi pour la construction européenne, et élaboré la charte des droits fondamentaux, j'estime que c'est une avancée considérable dans la clarification et la synthèse de la législation européenne qui est importante pour les citoyens. On se donne les moyens de pouvoir construire un avenir stable et paisible basé sur le partenariat et non pas sur la dépendance et cela est très important.

 - "Avec l'Europe, on se donne les moyens de pouvoir construire un avenir stable et paisible."- 

 Tu es également engagée dans les droits de la femme, quelles sont les actions que tu mets en place ?

Un événement s'est tenu, le 29 avril et est très symbolique en France, puisque c'est le 60ème anniversaire du droit de vote des femmes. Le ministère de l'égalité, sous l'égide de Simone Weil, a organisé un événement qui s'appelle 1000 femmes pour l'Europe. Il avait pour but de célébrer cet anniversaire des droits de la femme mais aussi de marquer leur engament pour l'Europe. C'est un élément très important pour la constitution européenne.

Extrait des archives de l’Alliance Internationale..