Le projet de loi sur l'enseignement supérieur va ouvrir les universités

37c7c3fdfe590a66bcdd72dbb9440583.JPEG

Démocratiser l'enseignement supérieur, en faire une arme pour le redressement du pays et sa compétitivité, voilà les deux objectifs complémentaires que Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement  supérieur, s'est fixé. C'est une réorganisation profonde de l'enseignement supérieur qu'elle met en branle. Elle s'accompagne d'un rééquilibrage entre universités et  formations plus nobles. Une révolution douce mais déterminée qui devrait impacter les lycéens rapidement.

La France est en retard pour la démocratisation de l'accès à l'enseignement supérieur par rapport à de nombreux pays européens. Actuellement 45% d'une génération poursuit au-delà du bac mais seulement 30% en licence. Le retard augmente avec les degrés universitaires , la France accusant, selon l'OCDE, un net déficit de docteurs. Parallèlement la sélection sociale s'accroit. Il n'ya que 13% de CSP défavorisées en licence, 9% en master et 5% en doctorat. Enfin on sait que les jeunes des milieux les plus favorisés se regroupent dans des filières d'élite souvent non universitaires. Comment inverser la tendance ?

Source: cafepedagogique.net - Quelques éléments de réponse sur ce site.