Le financement public de la recherche, un enjeu national

recherche

 

La Cour des comptes a rendu public, le 10 juin 2013, un rapport sur le financement public de la recherche.

Quatre grands points sont à retenir :

  • En dépit de financements publics croissants, l’effort national de recherche et développement stagne en France, du fait de la faiblesse des activités de recherche des entreprises.
  • La part des financements sur projet progresse de manière bénéfique, mais la participation des équipes françaises aux appels à projets européens connaît un recul préoccupant : entre 2007 et 2012, la France a contribué à hauteur de 6 milliards d'euros à cette politique et a remporté des projets de recherche pour un montant de 3,42 milliards d'euros seulement.
  • Malgré des ressources accrues, les universités et organismes de recherche disposent paradoxalement de marges de manœuvre en réduction. En effet, si les subventions d’Etat restent la principale ressource des opérateurs de recherche, les autres sources de financement ont fortement augmenté depuis 2006 et viennent compliquer les circuits de financement de la recherche.
  • Concernant la valorisation de la recherche, les performances scientifiques de la France apparaissent meilleures que leurs retombées économiques. Sur le plan international, la France est bien placée pour sa recherche mais plus faible sur le plan de l’innovation : elle exporte ses technologies mais peine à les mettre à profit au sein de son industrie.

La Cour formule cinq axes de recommandations :

  1. Mieux retracer, fiabiliser et programmer le financement public
  2. Poursuivre le développement du financement sur projets
  3. Se remobiliser pour obtenir plus de crédits européens
  4. Améliorer la gestion des établissements
  5. Renforcer les retombées économiques